Juin 012017
 
Les joueurs de l'Equipe de France de rugby

Les finales du Tournoi des Ecoles Elémentaires avaient lieu à La Saline mardi 30 mai. Cet événement réunissait un millier d’enfants qui jouaient sur les deux terrains du stade.

Les résultats sont les suivants :

Pour les CM1
1er : Pablo Picasso, Saint-Louis. Classe de Mr TURPIN
2e : St Philippe Centre-ville, Saint-Philippe. Classe de Mr BOYER
3e : Raoul Fruteau, Le Port. Classe de MME GWENDOLINE

et pour les CM2
1er : Lislet Geoffroy, Saint-Pierre. Classe de ME PESTRE
2e : Les Chocas, Saint-Paul. Classe de MR ETHEVE
3e : Paul Hermann, Les Avirons. Classe de MR MAZELIER

Cette journée était organisée par Françoise LATASTE, Conseillère Pédagogique Départementale EPS. Elle a initié ces rencontres il y a déjà 22 ans déjà ! Cette année l’événement prenait un caractère particulier en raison du passage de l’équipe de France. Il était prévu que les joueurs remettent les récompenses, mais à cause des contraintes horaires, et peut-être parce qu’ils ont été beaucoup sollicités par les enfants, cela n’a pas pu être le cas. C’est à Jean-François SALLES, Inspecteur d’Académie chargé des Ecoles Elémentaires, qu’a été dévolue cette tâche.

Les joueurs avaient un public nombreux

Les joueurs avaient un public nombreux

Comme la veille avec les Ecoles de Rugby les joueurs sont allés au milieu des enfants et ils se sont prêtés volontiers avec beaucoup de gentillesse aux signatures d’autographes.

Equipe de France-La Saline-Les joueurs au milieu des élèves

Equipe de France-La Saline-Les joueurs au milieu des élèves

Des photos des matchs et des joueurs en cliquant ici.

Et quelques vidéos : Match1, Match2Match3, Match4Match5, Match6.

 

Mai 292017
 
Equipe de France-Retour vers les vestiares de Yoann HUGET

L’équipe de France de rugby qui part en tournée en Afrique du Sud est en transit à La Réunion.

Débarquée ce matin à peine à Gillot, un entraînement « décrassage » était déjà programmé sur le stade du bicentenaire à l’Etang Salé. Le Comité de La Réunion avait loué un bus pour chaque Ecole de Rugby afin que les jeunes qui le souhaitaient puissent assister à cet entraînement. Vidéo ici.

Les Minimes de St Pierre

Les Minimes de St Pierre

 

Après un petit échauffement musculaire les joueurs ont fait quelques jeux avec un volant, puis avec un ballon rond. C’était l’occasion de remarquer le plaisir que tous prenaient dans cet échauffement. L’esprit de camaraderie qui règne dans cette équipe est probablement un excellent indice des résultats à venir. Nous avons pu assister pour finir à quelques enchaînements de jeu.

Les plus jeunes de l'école de rugby de St Pierre

Les plus jeunes de l’école de rugby de St Pierre

 

 

L’après midi s’est terminée par une séance d’autographes au cours de laquelle les enfants ont pu côtoyer les joueurs et fait signer la photo de l’équipe, le tee-shirt 2023 qui leur était offert ou un ballon. Voir les photos ici.

 

 

Nous avons tous apprécié la convivialité de cette rencontre et la remarquable disponibilité de tous les joueurs qui se sont prêtés de fort bonne grâce à toutes les sollicitations de nos jeunes. Une belle journée dont ils se souviendront certainement !

Merci aux organisateurs de cette fête et merci aux joueurs de l’équipe de France.

Mar 212014
 

Article du JIR – 21 mars 2014

Après Marc Liévremont et Bernard Laporte, Philippe Saint-André, le sélectionneur de l’équipe de France de rugby, sera à la Réunion jeudi prochain pour animer un entraînement au CREPS.

S’il n’est pas le sport collectif le plus réputé dans l’île, le rugby n’a pas son pareil pour se placer sous le feu des projecteurs. Chaque année, le petit milieu de l’ovalie péi annonce la venue d’une grande figure de la discipline nationale. Outre les David Skrela, Raphaël Lakafia et autre Wenceslas Lauret, le comité régional de rugby s’est fait une spécialité d’attirer les sélectionneurs nationaux. Bernard Laporte est venu en 2005, Marc Liévremont en 2008, Jean-Claude Skrela en 2010, et donc, Philippe Saint-André en 2014.

« C’est une grande chance et un grand honneur pour nous, s’enthousiasme Armon Coupou, le Président du Comité Réunionnais de Rugby. Il est sollicité de tous les côtés et c’est une très bonne nouvelle qu’il décide de venir à La Réunion ». Sa visite de cinq jours (du jeudi 27 au lundi 31 mars) fait suite à l’invitation du Comité Réunionnais et surtout de ses partenaires. Le soir de son arrivée, Philippe Saint-André animera un entraînement au CREPS avec les jeunes pensionnaires du Centre d’entraînement fédéral de rugby (CERF).

Après quelques jours de farniente à Saint-Gilles et de promenade dans les cirques, le sélectionneur de l’équipe de France prendra ensuite la direction de la Saline pour assister à un tournoi des moins de 12 ans dimanche. « Sa venue nous permet à la fois de donner un coup de projecteur sur notre sport mais aussi de permettre aux jeunes de le rencontrer, poursuit Armon Coupou. Néanmoins, Philippe Saint-André vient d’abord à la Réunion pour se relaxer ». Et décompresser après un tournoi des Six Nations plutôt décevant.

Le XV de France a mis fin à sa malheureuse épopée avec une défaite contre l’Irlande (22-20) et n’a pris que la 4e place du tournoi derrière l’Irlande, l’Angleterre et le Pays-de-Galles. Avant de se prélasser sur les plages de l’Ouest, l’ancien trois-quarts aile tricolore viendra donc prodiguer ses précieux enseignements aux jeunes rugbymen du CERF. S’il ne révolutionnera certainement pas leur façon de joueur en une heure et demie de temps, l’ancien entraîneur du RC Toulon aura le temps de transmettre ses valeurs et son plaisir du jeu. « Les jeunes méritent de voir que l’on s’intéresse à eux même s’ils sont à La Réunion, estime Philippe Briat, le CTR. Ils verront aussi, comme nous venons tous les deux d’un milieu fédéral, que les codes de jeu sont identiques que ce soit en équipe de France ou en sélection de La Réunion. C’est important pour développer leur confiance ». En leur offrant ce qui se fait de mieux en matière d’enseignement et de conseil.

Christopher Mermet

Avr 302013
 

Le Monde du mardi 30 Avril 2013 – Article de Laurent Telo.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

RUGBY : Le triomphe en trompe-l’oeil du rugby français.

Toulon et Clermont sont en finale de la Coupe d’Europe grâce à leur bataillon de joueurs étrangers.

En apparence, le rugby français se porte bien. Clermont-Ferrand et Toulon ont battu respectivement les Irlandais du Munster (16-10) samedi 27 avril et les Londoniens des Saracens (24-12) le lendemain, et s’affronteront en finale de la Coupe d’Europe, samedi 18 mai, à Dublin. Pour ces deux formations, il s’agira d’une première.

Cela n’a rien d’inédit : la finale sera franco-française pour la quatrième fois – la dernière remontait à 2010, avec une victoire de Toulouse sur Biarritz. Mais cette domination du rugby tricolore sur la scène européenne doit être tempérée, puisqu’un seul joueur tricolore, l’international clermontois Morgan Parra, a inscrit des points au cours du week-end (trois pénalités et une transformation). Le reste a été l’oeuvre de joueurs  » importés  » : l’Anglais Jonny Wilkinson a inscrit les 24 points de Toulon et l’ailier fidjien Napolioni Nalaga l’unique essai auvergnat.

L’implacable vérité mathématique renvoie même plus loin : au coup d’envoi, Clermont alignait sept joueurs français, alors que Toulon n’en comptait que quatre. Si ce week-end euphorique sacre définitivement la suprématie des clubs français, elle ne valide pas pour autant l’hégémonie tricolore sur le rugby de l’hémisphère Nord.

Jean-Claude Skrela, directeur technique national, tire même la sonnette d’alarme :  » Cette finale empêche peut-être de se poser les bonnes questions. Avoir autant d’étrangers empêche mécaniquement d’avoir davantage de joueurs sélectionnables en équipe de France. Si ça perdure, le XV de France va au-devant de grandes difficultés ».

La puissance de frappe financière des clubs français ne date pas d’hier. Toulon annonce ainsi un budget d’environ 25 millions d’euros, contre 10 millions pour son adversaire du jour. Et la masse salariale varoise est trois fois supérieure à celle des Saracens. Ne parlons même pas des ressources du Munster, qui a été touché par la crise irlandaise alors que les facilités financières clermontoises (30 millions d’euros de budget) paraissent inépuisables.

Cette manne permet au Top 14 d’attirer une pléiade d’internationaux de l’hémisphère Sud. Au risque d’empêcher les joueurs nationaux de s’exprimer régulièrement en compétition dans leurs propres clubs. Il faut se souvenir du teint blafard de Philippe Saint-André, sélectionneur national, au lendemain de la défaite des Bleus, le 23 février à Twickenham (13-23) :  » Oui, Frédéric Michalak est fatigué – touché à l’épaule, le Toulonnais n’a pas participé samedi à la demi-finale – . Mais je le remplace par qui ? Si vous avez des idées, je suis preneur.  » Le 18 mars, au lendemain du catastrophique Tournoi des six nations, où les Bleus ont terminé à l’avant-dernière place, les trois sélectionneurs (Philippe Saint-André, Yannick Bru et Patrice Lagisquet) avaient tenté d’expliquer pourquoi ils n’étaient pas si  » nuls  » et pourquoi le trop-plein d’étrangers dans le Top 14 nuisait, à terme, au rendement du XV de France.  » Par exemple, sur trois postes stratégiques – pilier droit, ouvreur et ailier -, il y a une majorité écrasante de joueurs étrangers, expliquaient-ils. Il n’y a que 5 % de piliers sélectionnables sur la totalité des effectifs professionnels en France, 12 % d’ouvreurs et 14 % d’ailiers. Et les trois meilleurs réalisateurs du championnat sont étrangers… »

Pierre Berbizier, manageur du Racing-Métro, ne partage pas ce constat :  » Il est bénéfique pour un jeune joueur français de côtoyer, tous les jours à l’entraînement, des étrangers aussi exigeants avec eux-mêmes que Wilkinson. Le jeune Français a-t-il cet état d’esprit ? Quand il n’est pas titulaire en club, j’ai l’impression qu’il met son échec sur le dos du contexte ».

Un état des lieux qui agace Jean-Claude Skrela : « Arrêtons de taper sur la formation ! Il y a deux ans, lors du Mondial des moins de 20 ans, le Parisien Jules Plisson avait été plus performant qu’Owen Farell, l’ouvreur du XV d’Angleterre et des Saracens, qui était titulaire dimanche. Jules Plisson commence vraiment à éclore. Mais la saison prochaine, le Stade français a déjà recruté au même poste l’international sud-africain Morné Steyn. Il va jouer où, Plisson ?  »

Il est encore tôt pour y répondre. En attendant, il sera, sauf accident, titulaire avec son club, qui affronte les Irlandais du Leinster en finale du Challenge européen, la  » petite  » Coupe d’Europe, le 17 mai à Dublin.